Prêt modulable

Un prêt modulable, qu’est ce que c’est ?

Si le prêt conventionné, le prêt à l’accession sociale ou le prêt à taux zéro sont des types de prêts bien spécifiques, demandant le respect de certains critères, ce n’est pas le cas d’un prêt modulable. Dans l’absolu, n’importe quel prêt peut être modulé. Dans les faits, la modulation est un ensemble de clauses apportées au contrat de prêt et permettant à celui-ci d’être plus souple, et donc plus en phase avec les besoins des emprunteurs.

En effet, si autrefois une carrière professionnelle pouvait se prévoir sur la durée d’une vie, c’est loin d’être le cas aujourd’hui. Pourtant, la durée moyenne des prêts n’a cessé de se rallonger. Il fallait donc trouver un artifice permettant à chaque emprunteur de faire face à ses échéances mensuelles malgré les heurts que réserve parfois la vie.

Les principaux avantages d’un prêt modulable

Dans les faits, chaque établissement bancaire peut soumettre à ses clients une modularité différente de celle proposée par son concurrent. Rien ne peut obliger une banque à en proposer d’ailleurs. Mais, pour attirer de nouveaux clients, il est préférable pour un prêteur de s’aligner sur la concurrence, voire, de proposer mieux. S’il est impossible de décrire et de comparer ici le détail de chacun des prêts modulables que l’on trouve sur le marché, on peut toutefois en expliquer les principes de base.

Et le principal aspect de cette modularité tient dans la souplesse des échéances. Chaque banque propose aujourd’hui à ses clients de pouvoir jouer avec le montant des mensualités, à la hausse comme à la baisse. Les modalités sont différentes d’une banque à l’autre. Si certaines interdisent la baisse des échéances avant un certain délai, d’autres acceptent avec plus de facilité. De la même façon, pour certains établissements bancaires, il est toujours impossible de baisser ses échéances en-dessous du seuil de la première mensualité. Pour d’autres, la seule limite est une durée du prêt dans le temps.

Pour expliquer ceci, il faut comprendre qu’il existe toujours un rapport entre le montant des échéances et la durée de l’emprunt. Pour le même capital emprunté, plus l’échéance est haute, et plus la durée est courte, et inversement. Augmenter ses mensualités permet donc de baisser la durée du prêt, et de faire quelques économies substantielles sur la somme totale des intérêts. A l’inverse, baisser ses mensualités revient à allonger la durée du prêt. Mais cet allongement ne peut se faire que dans certaines limites.

Les limites de la modularité d’un prêt

En effet, il paraît impossible de baisser le montant de ses mensualités de manière trop radicale, la durée ne pouvant s’allonger au-delà d’un certain cap. Les banques restreignent donc cette baisse d’échéances à une limite en pourcentage de temps perdu. Par exemple, vos échéances mensuelles sont de 1 000 €, et vous souhaitez faire baisser ces mensualités de 100 € pour gagner en souplesse sur votre budget familial. Vous ne pourrez le faire que si cette baisse de mensualité n’engendre pas un allongement du prêt trop conséquent, défini à la signature du contrat de prêt.

En règle générale, les banques acceptent les hausses ou les baisses de mensualité dans la limite de 10 % par an. Même si certaines laissent plus de liberté… à la hausse. De même, toutes les banques n’obligent pas à attendre la date anniversaire pour procéder à la modulation, et proposent même des services complémentaires, comme le gel de mensualité (mais attention, vous paierez quand même les intérêts), voire le report complet en fin de prêt de certaines mensualités. Ces actions font également partie de la modularité d’un prêt, même si, elles aussi, sont limitées à un nombre de mois, variant de 3 à 6, en général, sur toute la durée du prêt. Quoi qu’il en soit et quelles que soient les limites actuelles, choisir un pret modulable, c’est choisir de gérer son emprunt avec souplesse et gagner en sérénité.

Prêt modulable