1,06% en juin, 1,05% en juillet… Que cachent ces taux de rêve ?

publié le 06/08/2021

Depuis mai 2020, les taux des prêts immobiliers ont commencé à considérablement chuter, faisant des conditions propices aux investissements et favorables aux emprunteurs. L’observatoire national du crédit logement a annoncé un taux moyen de 1,06% en juin et 1,05% en juillet, ces ratios sont obtenus sur étude nationale et hors assurance, comme le souligne le rapport. Mais que cachent réellement ces taux qui font rêver les emprunteurs et encouragent les investisseurs ?

1,05 taux moyen

Les taux pratiqués varient en fonction des villes et des régions :

D’une région à une autre, les taux d’intérêts sur les prêts immobiliers peuvent avoir un écart important. Ceci revient notamment à un paramètre bien connu : LA CONCCURENCE !
Certaines villes ont un nombre d’établissements bancaires plus élevé que d’autres. Dans ce cas précis, les banques adoptent généralement une politique commerciale concurrentielle, car les emprunteurs se dirigent vers l’établissement moins-disant. Donc, les taux y seront forcément plus avantageux qu’ailleurs.

La notion du quota de prêts immobiliers :

Pour les banques, le meilleur moyen de gagner un nouveau client et le fidéliser, c’est le passage par l’attribution d’un prêt immobilier. Ceci pourrait avoir un impact direct sur les taux des prêts immobiliers, si une banque n’atteint pas son quota, elle pourra s’aligner ou baisser ses taux pour capter de nouveaux clients.

La qualité des dossiers et scoring de l’emprunteur :

Sans surprise, les dossiers appréciés par les banques sont susceptibles d’obtenir un taux plus avantageux. Il s’agit notamment des dossiers avec des revenus conséquents, un apport personnel, un bon taux d’épargne sur le salaire de base et un scoring bancaire élevé. 

Le bon montage des dossiers et la construction d’un argumentaire solide représente, sans nul doute, une étape cruciale et déterminante pour l’obtention d’un bon taux.

Le type de bien immobilier souhaité :

Les taux pratiqués sont différents pour l’acquisition d’un bien immobilier neuf et d’un autre ancien. Le taux moyen observé dans l’accession dans le neuf est 1,10% contre 1,07 dans l’ancien.
La différence constatée est la conséquence de plusieurs facteurs déterminants. Entre autres, le report des mensualités jusqu’à la fin de la construction dans le neuf, car l’acquisition se fait généralement sur plans, donc une durée de report de 24 mois est envisageable. Mais également, l’éligibilité du neuf au prêt à taux zéro qui couvre une partie de l’emprunt et fait inévitablement baisser la somme emprunter.

A LIRE AUSSI >> Les tendances de l'investissement immobilier en 2021 !

Quels ménages sont concernés par ces taux :

Les profils qui peuvent prétendre à ces taux ou des taux inférieurs, sont généralement les ménages aux revenus conséquents avec 2 SMIC et plus (somme des revenus du ménage), avec un apport personnel qui reste très apprécié par les banques et signe d’une stabilité financière avérée.

Obtenez une simulation pour votre investissement immobilier en ligne !

Rédaction de Finances-moi.com.