PRÊT IMMOBILIER : Sera-t-il encore possible d’emprunter avec un endettement élevé ?

publié le 22/06/2021

Mardi 15 juin 2021, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) s’est réuni pour étudier le passage des précédentes recommandations, sur l’endettement des ménages et les durées maximales d’emprunt, en normes juridiques.

 

Les conditions actuelles d’octroi des prêts immobiliers :

Encore maintenant, le HCSF recommandait aux banques des conditions d’octroi de prêts immobiliers assouplies en faveur des acquéreurs. Avec un taux d’endettement maximal qui s’établi à 35%, contre 33% les années précédentes, et une durée d’emprunt plafonnée à 25 ans (2 ans de plus pour les achats en VEFA). Cependant, les banques avaient le droit de déroger à cette recommandation à hauteur de 20%, notamment dans la production de prêt immobilier pour les particuliers.

Le passage de la recommandation à la norme juridique est-il envisageable ?

Après s’être réuni mardi dernier, le HCSF a décidé de laisser encore aux banques une main sur l’octroi des crédits et de revenir plus tard sur la question de la normalisation de celle-ci. Le Haut Conseil de Stabilité Financière laisse donc le temps à l’établissement et la généralisation des conditions actuelles pour étudier leurs retombées sur la situation financière des Français et trancher.

>> A LIRE AUSSI : QUE SE CACHE-T-IL DERRIÈRE LA STABILITÉ DES TAUX SUR LES PRÊTS IMMOBILIERS EN 2021 ?

Quel impact sur les dossiers des prêts immobiliers :

Le taux de dérogation actuel de 20% permet aux banques d’avoir une marge de manœuvre sur la production de prêts immobiliers. Dans le cas ou le HCSF décide de normaliser juridiquement les conditions d’octroi, cela poussera les banques à refuser davantage de dossiers. Et donc l’obtention de crédit sera plus difficile pour les ménages plus modestes.