PRÊT IMMOBILIER : Comment se présente le début de l’année 2021 pour les emprunteurs ?

publié le 08/01/2021

PRÊT IMMOBILIER : Comment se présente le début de l’année 2021 pour les emprunteurs ?


 

L’année 2020 a connu une instabilité sans précédent, notamment sur les conditions d’octroi de prêts immobiliers qui ont généré une incertitude déstabilisante pour les emprunteurs.
Vient s'ajouter à cela, un incroyable bras de fer entre un lobby des banques et assurances prudent sur l'octroi d'emprunts immobiliers, un parlement défendant des citoyens désireux d’accéder à la propriété et des professionnels de l’immobilier qui tirent la sonnette d’alarme au vu d’une forte baisse d’activité.
L’année 2021 s’annonce meilleure que la précédente !

L’alliance courtiers en crédits, agents immobiliers et promoteurs :

Cela fait bientôt une année que les différents acteurs du secteur de l’immobilier voient la crise arriver. Qualifié d’alliance « inédite », le mouvement qui regroupe les professionnels de l’immobilier a frappé fort dans cette fin d’année.

Nonobstant l’augmentation du nombre de dossiers d’acquisitions immobilières ou d’investissements locatifs, l’activité connait une baisse principalement dû aux rejets des demandes de prêts immobiliers 5% en 2019 contre 17% en fin d’année 2020. L’alliance (coutiers-agents-promoteurs) a saisi le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) afin d’assouplir ses recommandations faites en début d’années qui ralentissent aujourd’hui le marché. Le HCSF répond favorablement à cette demande en appliquant de nouvelles mesures pour relancer le secteur de l’immobilier.

Les nouvelles mesures de l’état pour faciliter l’accès aux prêts immobiliers en 2021 :

Le ministre de l’économie Bruno Le Maire a annoncé en décembre dernier que le haut conseil de stabilité financière avait décidé l’assouplissement des règles d’octroi de prêts immobiliers.

Ce dernier qui avait préconisé aux établissements bancaires, en début d’année 2020, de ne plus accorder d’emprunts immobiliers d’une durée de remboursement allant au-delà de 25 ans, ainsi que de rejeter toutes demandes qui engagent un taux d’endettement supérieur à 33% pour leurs mensualités.

Les recommandations du haut conseil de stabilité financière se sont assouplies en 2021. Initialement de 25 ans, la durée de remboursement des prêts immobiliers peut désormais aller jusqu’à 27 années (pour les emprunteurs qui achètent dans le neuf). Le taux d’endettement passera quant à lui de 33% (2020) à 35%. Par ailleurs, les banques garderont une marge de flexibilité de 15 à 20 % qui leur laissera un pouvoir décisionnel sur les dossiers.

 << À LIRE AUSSI : IMMOBILIER : Comment réussir son investissement immobilier pendant la crise ?

Y aura-t-il un piège avec le taux d’usure ?

Pour le premier trimestre 2021, la réponse est : non il n’y a pas de piège !

Le taux d’usure a légèrement augmenté ce 1er janvier. Pour rappel, il s’agit d’un taux plafond qui est comparé au TAEG et au-delà duquel les banques n’ont pas le droit de prêter.

Le taux d’usure pour le premier trimestre 2021 est de 2,56% (+0,15) sur les durées de prêts inferieurs à 10ans, contre 2,41% pour le dernier trimestre de 2019. En ce qui concerne les prêts de 10 à 20 ans, le taux passe de 2,52% à 2,57% (+0,05 point). Pour les durées de remboursement de 20 ans et plus le taux d’usure 2,67% (+0,67 point) contre 2% pour le dernier trimestre de 2020.

[Banque-France.fr]