Promotion immobilière: les investisseurs sont de retour avec une hausse de3.7% sur l'année.

publié le 06/03/2018

Les ventes au détail on peu progressé sur un an en 2017, à un peu plus de 118 000 unités, selon la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI)

Les prix de l'immobilier neuf ont augmenté de 1,8 % l'an passé sur l’ensemble du territoire

Les réservations de logements neufs par des investisseurs particuliers ont progressé de 3,7 % sur un an en 2017, à 63 588 unités contre 61 325 un an plus tôt, selon les chiffres publiés par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Un segment dans lequel « l’effet Pinel » a joué, selon la fédération, alors que la part des primo-accédants s’est contractée de 1,7 % dans le même temps, à 54 433 réservations (55 356 en 2016).

Tous segments confondus - ventes en bloc, au détail et résidences services -, les réservations de logements neufs sont en augmentation de 5,9 % sur un an (157 827 unités contre 149 018 en 2016). Ce sont les ventes en bloc qui montrent la plus forte croissance, +30,5 % sur un an (34 306 réservations), tandis que les ventes au détail se contentent d’une plus faible hausse, de 1,1 % (118 021), et que les résidences services affichent en baisse de 9,1 % (5 500). Le total de mises en vente a atteint quant à lui 112 267 unités, un niveau supérieur de 4,6 % à 2016, mais qui n’atteint « pas encore le niveau de 2011 » selon la FPI.

Les prix sont eux aussi orientés à la hausse. Ils affichent une augmentation de 1,8 % France entière, masquant des disparités entre l'Ile-de-France (+0,3 %) et la province (+2,6 %). « Les promoteurs sont parvenus à contenir les prix de vente, et ne sont pas allés au-delà du pouvoir d’achat des ménages », a déclaré Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI.

A noter qu'à l'approche de la présentation de la future loi Logement, qui manque « d'éléments structurants » pour le secteur selon la fédération, cette dernière plaide notamment en faveur de l'instauration d'un taux de TVA à 10 % sur les ventes en accession de logements intermédiaires.